Votre guide le plus branché du Maroc

Musiques

Voir tout sur la rubrique Musiques

L’Exposition « The Luxury Of Dirt » à la Voice Gallery Marrakech

Du 01 au 07 Février

La Voice Gallery de Marrakech accueille du 17 novembre 2014 au 7 février 2015 l’exposition « The Luxury of Dirt ». Ça Roule vous fait découvrir ce bel événement culturel accueilli par une galerie qui aura vite fait de devenir une référence !

Ajouter une photo

Connexion Enregistrer

Commentez

Aucun commentaire, soyez le premier à commenter!

Ajouter un commentaire

Créée en octobre 2011 à Marrakech par Rocco Orlacchio, un Italien amoureux de l’art, la Voice Gallery a pour ambition de faire vivre l’art comme une fenêtre sur le monde. En donnant sa place à l’actuel et au contemporain, son créateur espère saisir l’instant artistique au Maroc – et dans tout le Maghreb –  tout en offrant à la jeunesse et aux artistes locaux une chance de s’exprimer et de se laisser voir.

Justement, l’exposition « The Luxury of Dirt » (« Le Luxe de la Saleté ») donne la voix à de nombreux artistes autour de thèmes qui peuvent paraître subversifs mais sur lesquels la réflexion s’impose. Tous ces thèmes sont vus à travers l’œil du collectionneur et son désir, son besoin d’art pour comprendre son monde. On y retrouve notamment les contradictions humaines, comme le désir de salir qui est vite remplacé par celui de l’hygiène, le désir de vie qui n’arrivera pas à rendre l’homme immortel. Le lieu se marie parfaitement avec cette atmosphère forcément un peu intellectuelle : à la Voice Gallery, on se retrouve facilement entre amoureux de l’art pour admirer, réfléchir, échanger.

Ça Roule vous propose un focus sur les artistes marocains représentés à la Voice Gallery pour cette exposition :

Khalil El Ghrib : les sculptures du zaïlachi font sentir pleinement l’indépendance de l’artiste. En effet, ce plasticien qui enseigne l’arabe à Tanger ne compte pas sur son œuvre pour vivre, ce qui en fait un artiste véritablement libre. Son travail témoigne ainsi du lien qui peut exister entre l’homme et la matière, comment le premier transforme cette dernière et vice versa.

2  Née en 1963 à Casablanca et ayant étudié l’anthropologie au Canada, Amina Benbouchta est artiste-peintre depuis l’âge de 15 ans. Les toiles qu’elle nous montre dans cette exposition viennent noter la dualité, la contradiction optique entre l’image quasi-illusoire créée par la fidélité de la photographie d’une part, et la réalité matérielle, plus palpable et plus présente, de la peinture qu’elle y superpose.

Houda Terjuman, née en 1970, a commencé à se faire connaître du public à travers la célèbre Lawrence-Arnott Gallery de sa ville natale de Tanger, où elle a exposé de nombreuses fois. Véritable globe-trotter artistique, ayant fait voyager ses œuvres avec elle sur plusieurs continents, sa sculpture pleine de simplicité sert paradoxalement à donner un impact à des messages complexes et pleins de sens. Passionnée, bien sûr, de matière, elle n’hésite pas à explorer les textures et les apparences, faisant voyager l’intelligence et la sensibilité de ceux qui découvrent son travail de talent.

L’exposition reste ouverte jusqu’au 7 février. Allez-y entre amis proches ou en couple pour un moment de réflexion et d’émotion à partager.

Voice Gallery
366, Z.I. Sidi Ghanem, Marrakech, Maroc
212 524 336 770

Voice Gallery

Quel  était  votre  premier  CD  ? 

Se il vous plaît choisir

Un boys band dont je préfère oublier le nom

Un groupe de rap de mon quartier

Les Rolling Stones, un classique

Entrer